JE PARTAGE :

Réaliser un potager avec son enfant quand on habite en ville

21 juillet 2021
Récréation
MicrosoftTeams-image

J’ai besoin de quoi ?

– De contenants.

Première option : le potager carré. S’il peut être fabriqué avec des planches de bois (sapin, châtaignier, pin, chêne, ou une autre essence résistante à l’humidité et non traitée), il existe des modèles tout faits sur pieds ou à poser au sol.

Autre possibilité : dans des espaces plus réduits, pensez plutôt aux jardinières, cageots, caisses et pots, selon le type de culture.

– D’une exposition favorable

L’endroit qui accueillera votre potager doit être à l’abri du vent, et éclairé par le soleil idéalement au moins six heures. Les meilleures expositions ? Plein sud, sud-est, sud-ouest.
Mais pas de panique si votre balcon ou votre rebord de fenêtre manque de lumière : il existe des variétés moins gourmandes en luminosité comme les salades, les radis, les poireaux ou encore l’ail.

Je le fais où ?

– Je n’ai aucun espace extérieur

Place aux graines germées, faciles à cultiver et championnes en matière de vitamines, minéraux et autres micronutriments. Il peut s’agir de graines de céréales (blé, orge…), de pseudo-céréales (comme le quinoa et le sarrasin, qui ne font pas partie des graminées, contrairement aux céréales, et ne contiennent pas de gluten), ou de légumineuses (pois chiche, lentille…).

Pensez aussi aux plantes aromatiques, qui non seulement peuvent s’utiliser dans toutes les recettes, mais en plus tiennent à distance certains parasites. Vous pouvez les séparer dans des petits contenants individuels, ou regrouper celles qui ont les mêmes exigences dans des pots ou jardinières.

Plantes aromatiques : les matchs parfaits
Estragon + oseille + persil + ciboulette + coriandre, dans des endroits frais à la mi-ombre.
Thym + laurier + romarin, dans des terres sèches.

 

– J’ai un rebord de fenêtre


En plus des graines germées et petites herbes, vous pouvez envisager de faire pousser dans des jardinières des fruits et des légumes qui prennent peu de place : c’est le cas par exemple des salades, des radis, des fraises.

Vous avez un chouya de place en hauteur ? Cap sur les délicieuses tomates cerise, à piocher sur votre fenêtre de juillet à octobre !

– J’ai un balcon ou une terrasse

Un petit peu plus de place extérieure et les possibilités de variétés de culture s’envolent : à vous fruits et légumes en pot, comme le poivron, l’aubergine, la rhubarbe, le chou kale, la roquette… Vous pouvez même envisager les arbres fruitiers nains (abricotiers, figuiers, pommiers…) qui mesurent 1,50m maximum, et les agrumes, mais à condition de les rentrer l’hiver.

Prudence avec les balcons
Pour des raisons de sécurité, il est indispensable de ne pas surcharger votre balcon : ils sont conçus pour supporter un poids maximal de 350 kg/m2. Faites bien vos calculs en tenant compte du poids des contenants, du
substrat, de la croissance et des récoltes de vos plantations, et optez pour des pots en plastique plutôt qu’en terre ou en pierre.

Comment j’optimise l’espace ?

Dans un petit jardin et a fortiori sur un balcon ou une terrasse, chaque centimètre compte ! Quelques conseils pour gagner de la place :

– Faites le point sur ce dont vous avez besoin : l’idée, surtout avec un petit espace, c’est de ne produire que ce que vous mangerez. Evaluez les besoins de la famille, en identifiant les légumes que vous consommez le plus, les quantités, le nombre de salades nécessaires par semaine…

– Préférez les variétés grimpantes, qui poussent à la verticale grâce à des tuteurs ou du grillage et prennent moins de place au sol : c’est le cas des concombres, des tomates, des petits pois, des melons…
Si vous disposez d’un mur avec un bon taux d’ensoleillement, vous pouvez y faire grimper des succulents et des haricots d’Espagne.

– Adoptez les cultures successives ou cultures « dérobées », qui consistent à cultiver une espèce de légume à la suite d’une autre au même emplacement. Par exemple, on ramasse les radis au printemps, puis on ajoute du compost pour y planter des tomates qui produiront jusqu’à l’automne, où les salades d’hiver viendront prendre le relais.