JE PARTAGE :

L’universalité du post-partum

16 mars 2022
Bienvenue bébé
Professional Business LinkedIn Banner (1)
Le premier documentaire sur le post-partum Enceinte de son premier enfant, Eve a découvert pour la première fois le terme « post-partum » à 7 mois de grossesse par sa sage-femme. Elle décide de chercher des documentaires sur cette fameuse période du post-partum, mais ses recherches n’ont pas abouti. Curieuse d’apprendre sur ce sujet et de partager ses découvertes, elle décide de réaliser « Post-Partum Le Documentaire » ! C’est au travers de différentes rencontres de professionnels (sage-femme, psychiatres, …), mamans et futures mamans, que le documentaire va évoluer. Nous allons également suivre Eve, la réalisatrice du documentaire, en pleine période de post-partum au moment du tournage ! 

« Une des grandes injonctions de notre siècle est d’avoir un corps qui colle aux standards de beauté qu’on nous a imposé. Depuis toujours les représentations du corps des femmes que j’ai vu dans l’espace public (vitrine, publicité, magasines) présentait un seul modèle corporel : une fille jeune, filiforme, très maigre, avec de longues jambes, des petits seins et un ventre très plat. Cette fille était souvent exposée pour vendre tel ou tel produit, mais depuis que la publicité a envahie nos vies c’est devenu pendant des années mon modèle de représentation. Comme si seul ce corps là était valable, toléré et valait la peine d’être montré.

Je ne suis pas la seule fille a avoir grandi avec ces modèles malheureusement. Et c’est important de comprendre quelle est notre construction mentale pour comprendre notre sujet en profondeur et comprendre le mal-être qui peut découler de vivre dans un corps post-partum.

Il existe bien une variante à ce modèle hégémonique, c’est le corps de la femme enceinte. Pour une fois dans nos vies, nous sommes tolérées à prendre du poids. Et c’est souvent un moment extraordinaire, on ne regarde plus les calories. J’étais tellement contente de pouvoir manger tout et même plus sans la culpabilité qui s’invite derrière.

Pour ma première grossesse j’avais l’impression que la grossesse était une sorte de passe-droit, je fais grandir la vie alors foutez-moi la paix. J’avais aussi cette impression bizarre que j’allais perdre mes kilos de grossesse très facilement. Surement à cause de mes lectures d’enfance et de ces magazines qui s’extasiait sur Christina Aguilera qui avait retrouvé la ligne en 72h. J’avais l’impression que ça allait être facile.

Mais c’est n’est pas que ça. Encore fois ici il est question de représentation. On sous-estime son pouvoir et sa force. Je n’avais jamais vu de ma vie de corps post-partum. Dans mon esprit, il n’existait pas. J’avais vu beaucoup de corps portant la vie (peinture, films, publicités…) mais jamais de corps après avoir donné la vie.
Comme ce corps n’est pas représenté, le message sous-jacent c’est qu’il n’est pas accepté dans nos sociétés, au même titre que les personnes en surpoids par exemple.

Donc forcément au moment où l’on donne la vie, on se rend compte que non les 18kgs de grossesse ne s’évaporent pas comme par magie à l’accouchement, que ce gros bidon qu’on adorait toucher quand il était plein, était devenu flasque, mou et surtout vide. Il n’a plus d’excuse.

C’est une chute qui peut se révéler extrêmement brutale et violente pour beaucoup de femmes. Ça a été mon cas.

D’un coup on passe de l’autre côté et nos préoccupations sur l’aspect de notre corps peuvent prendre des proportions immenses. On ne se reconnait pas, et en plus de tout le chantier émotionnel qui s’installe, sans parler de la chute d’hormone, on est souvent très dures envers nous-même. Mais ce n’est pas de notre faute, on nous a appris à réagir comme cela.

Dans le documentaire c’était important que ce modèle de pensée, qui a été le mien et je le sais celui d’une grande majorité de femmes, ne soit pas présenté comme une fatalité.

On peut réfléchir comme Nina et voir la beauté de ce que l’on a créé avant de s’auto-flagellée pour ce corps qui ne correspond plus aux stéréotypes.
On peut être subversives et être fière de ce corps qui a si bien travaillé. Qui va mettre le temps dont il aura besoin pour se remettre de cette expérience si intense. On peut décider de le chérir et de ne pas le détester. On peut décider de le montrer tel qu’il est. On peut décider de ne pas se priver et de ne pas faire de régime si cela nous ne convient pas. On peut décider de s’aimer, de se trouver belle et réaliser que ce qu’on a fait, ça valait bien les kilos qu’il nous reste. »

Texte écrit par Eve Simonet
Post-Partum Le Documentaire

« Post-Partum Le documentaire », une mini-série de 4 épisodes et 50 heures d’interviews à vite regarder : https://postpartum-ledocumentaire.fr/

Tout le mois de mars, rendez-vous sur notre compte Instagram pour découvrir des extraits du documentaire : https://www.instagram.com/petitbateau/

Mamans, médecins, doulas, psychiatre, ministre, sage-femme, consultante en lactation, infirmières : ils nous expliquent tout !