JE PARTAGE :

Le sommeil des enfants

26 mai 2021
200910_PB_AR_20_5980401_013

Le sommeil des enfants est bien souvent un sujet de préoccupation des jeunes parents, et surtout de leur entourage « Alors, est-ce qu’il fait ses nuits ? ».

Le manque de sommeil de son bébé et/ou de ses parents peut être très difficile à vivre. En tant que parent, on peut se sentir démuni et ne plus savoir quoi faire tant on entend des messages contradictoires et culpabilisants « Quoi ? Tu dors encore avec ton enfant ? » ou bien « Quoi ? Tu as laissé pleurer ton bébé pour aller faire pipi ?? »

Juliette Moudoulaud, a créé « Fée de Beaux Rêves » pour accompagner les jeunes parents vers des nuits plus paisibles de leur nourrisson, bébé et enfant. Elle connait les nuits hachées où l’on perd pied, où on ne sait plus quoi faire et où on ne sait pas vers qui se tourner. Il existe des solutions pour que chaque famille trouve son équilibre. On a demandé à Juliette de vous donner les 10 secrets à connaître sur le sommeil d’un enfant !

Il est normal que votre enfant se réveille la nuit

Le sommeil est constitué de plusieurs cycles de sommeil qui s’enchainent tout au long de la nuit. Chez le nourrisson, un cycle est constitué de deux phases (sommeil agité et sommeil calme) et c’est autour de quatre mois, que petit à petit les cycles vont ressembler à ceux de l’adulte, avec sommeil très léger, léger, profond & paradoxal. Tous les bébés se réveillent toutes les nuits, tous les enfants aussi, et également les adultes ! C’est physiologique, et c’est un héritage du temps où notre survie en dépendait, sous peine de se faire dévorer par une bête sauvage. 

Si votre enfant a besoin de vous ou de quelque chose pour s’endormir le soir, c’est tout naturellement qu’il aura besoin de la même aide pour se rendormir la nuit. C’est donc normal que votre enfant se réveille la nuit. C’est en développant ses propres stratégies d’endormissement qu’il pourra se rendormir la nuit sans votre aide. 

 

Il est normal que votre bébé ait besoin de vous pour s'endormir

Votre tout petit bébé a passé les premiers mois de sa vie dans un environnement parfait. Ni trop chaud, ni trop froid. Il n’avait pas la sensation de faim. Il était bercé constamment. Un doux clapotis sonore, entre les battements de cœur, la douce voix de maman ou de papa… Pas de lumière violente.  Et à la naissance ? LE CHOC ! Tout est si différent ! 

Certains bébés adoptent leur lit facilement, et d’autres ont besoin de plus de temps. Il existe de nombreuses manières de rassurer bébé et lui rappeler sa vie intra-utérine : être bercé dans les bras de papa ou maman, être porté en écharpe ou porte-bébé, téter le sein le biberon ou la tétine, entendre l’eau couler ou le battement de cœur de sa maman… Tout cela apaise le tout petit et lui rappelle sa vie intra-utérine. Alors cela parait logique que le tout petit ait besoin de ses parents pour s’endormir dans un premier temps. Et petit à petit, lorsque bébé et ses parents sont en confiance, apprivoiser son environnement, son lit, pour réussir à faire la transition entre le ventre et le monde !  

 

Quand mon bébé peut-il se passer de lait la nuit ?

On entend souvent qu’un bébé de six mois, qui fait plus de six kilogrammes, serait physiologiquement capable de passer 12 heures sans se nourrir. Que faut-il en penser ? C’est probablement vrai pour une proportion importante de bébés. Est-ce vrai pour tous ? Pas nécessairement. Est-ce que c’est normal que mon bébé à 7 mois tête encore la nuit ? OUI ! Est-ce que c’est normal si mon bébé à 7 mois ne tête PLUS la nuit ? OUI ! Si bébé va bien, que ses parents vont bien, que bébé suit bien sa courbe de poids, nul besoin de se torturer l’esprit, et de vouloir faire rentrer tous les bébés dans une même case alors qu’ils sont fondamentalement tous différents. Le bon moment sera le sien et le vôtre ! 

Autour de 10-12 mois il y a des chances qu’il puisse se passer physiologiquement de lait la nuit, ou même avant ! 

 

Accompagner son enfant vers un sommeil autonome. Quand? Comment? Pourquoi?

Un bébé ou un enfant se réveille toutes les nuits, c’est physiologique et normal. Les adultes également se réveillent toutes les nuits, mais un peu moins souvent car nos cycles sont un peu plus longs. Si un enfant a besoin d’aide pour s’endormir le soir, c’est tout naturellement qu’il aura besoin de cette même aide pour se rendormir la nuit. Lorsqu’un enfant arrive à développer ses propres compétences d’endormissement, il est à même de pouvoir enchaîner ses cycles de sommeil sans aide extérieure, et donc dormir ce qu’on appelle une nuit « complète », même si en réalité la nuit n’est jamais complète ; il se réveille et se rendort seul.  

Comment un enfant peut-il être amené à le faire ? Cela va être en ayant l’occasion de développer ses compétences, et chaque parent peut l’y amener suivant sa philosophie familiale, en l’accompagnant petit à petit. 

Quand ? Quand c’est le bon moment pour l’enfant et ses parents.  

 

Que faire en journée pour favoriser son sommeil ?

L’éveil, la motricité libre, puis plus tard les activités sportives vont être des facteurs importants pour le sommeil de l’enfant. En développant sa motricité, il va pouvoir commencer à s’auto-apaiser seul, en touchant les bords de son lit, en changeant de position, en suçant son pouce, en s’auto-berçant… Également, avoir un juste équilibre entre une journée à la fois stimulante, et aussi de moments plus calmes, plus recentrés, remplis d’amour vont aider le tout petit à trouver le sommeil plus facilement. 

Son rythme de siestes va jouer un rôle important, et va conditionner la qualité de sa nuit. Trouver le juste équilibre entre suffisamment de sommeil diurne, et pas de trop longues siestes (généralement moins de trois heures) vont être une des clefs d’un bon sommeil nocturne ! 

Partager son lit ou sa chambre avec son bébé ?

Il est actuellement recommandé par l’OMS que bébé partage la chambre de ses parents jusqu’à au moins 6 mois. Quant au partage de lit, il peut être bénéfique pour bébé et ses parents, si les conditions de sécurité sont bien respectées. Liste non exhaustive : pas de couette, ni de coussin, sur un matelas ferme, dans une chambre à température 18-20 degrés, et où bébé ne risque pas de tomber. Une alternative étant l’utilisation d’un lit « cododo » qui s’attache au lit parental et permet une proximité en toute sécurité. On peut aussi mettre bébé  dans un berceau, couffin, ou lit dans la chambre parentale. 

Après 6 mois, c’est un choix parental, suivant votre philosophie ! 

Quelle chambre va favoriser son sommeil?

Avant deux ans, il est recommandé de faire le noir total dans la chambre de l’enfant, afin de favoriser son sommeil. Une veilleuse dans les tons chauds peut être utilisée lorsque l’enfant grandit et manifeste une peur du noir. Une température entre 18 et 20 degrés et un taux d’humidité autour de 50% sont des bonnes conditions. Penser à aérer la chambre régulièrement. Faire de la chambre un espace épuré, en ayant pris le temps de ranger ses peluches ou ses jouets, pour contribuer à son apaisement. Eviter tous les gadgets inutiles du type projections d’étoiles au plafond. Le bruit blanc peut quant à lui apporter un apaisement à certains bébés.  

 

Quelle alimentation va favoriser son sommeil ? (spoiler : non, on n'a pas besoin d'arrêter l'allaitement pour que bébé dorme)

Encore ce matin une maman que j’ai au téléphone qui a commencé à ajouter des biberons parce qu’on lui a dit que comme cela bébé « ferait ses nuits ». Halte aux idées reçues, ce n’est pas vrai ! Il y a de grandes chances qu’introduire un biberon en ajoutant des céréales alors que bébé n’est pas diversifié, cause potentiellement des soucis de digestion, mais ne change pas les nuits de votre bébé. 

C’est également une idée reçu de vouloir « charger » le repas le soir pour que son enfant dorme plus longtemps. Un repas normal est tout à fait adapté ! 

Pourquoi cela semble plus simple chez les autres?

Vous voulez connaître la vérité ? Les autres vous montrent ce qu’ils ont envie que vous voyez. Tous les parents passent par des moments plus ou moins faciles, plus ou moins complexes. Les longs fleuves  tranquilles n’existent pas ! En revanche, ils ont peut-être une perception différente de la vôtre, un seuil de tolérance plus important. Les enfants sont également fondamentalement tous tellement différents ! Leur personnalité, leur histoire, leur inconfort digestif… Chaque bébé, chaque famille, avance à son rythme, et la comparaison fait rarement du bien. 

Pour le sommeil de l’enfant, il y a des belles habitudes qui vont sécuriser un enfant et l’aider à lâcher prise plus facilement : passer du temps de qualité avec son enfant, établir un rituel du coucher, suivre les signes de fatigue, avoir de la régularité, persévérer et surtout… 

 

Suivre son instinct...

Vous êtes la personne qui connaissez votre enfant mieux que n’importe qui. Informez-vous avec des ouvrages qui vous inspirent, prenez conseils auprès de professionnels, ne suivez pas de dogme. Chaque famille trouve son point d’équilibre. Si le cododo est le vôtre ? Foncez ! Si votre philosophie est plus de faire chambre séparée ? C’est ce qui sera le mieux pour vous. Si votre enfant se réveille 5 à 8 fois la nuit, rappelez-vous que c’est normal, et que vous pourrez l’accompagner vers plus d’autonomie lorsque c’est le bon moment pour vous et pour lui. Vous pouvez décider d’être accompagnés dans cette démarche si vous en ressentez le besoin. 

Faîtes de beaux Rêves, 

Juliette Moudoulaud 

Vous retrouverez des articles avec des conseils sommeil sur https://www.feedebeauxreves.fr/articles/