JE PARTAGE :

Dix conseils pour éviter le drame du doudou perdu

03 juin 2021
200910_PB_AR_20_5980401_022

Un doudou, ce n’est pas seulement une jolie peluche qui décore la chambre ou le berceau d’un bébé endormi. C’est aussi un objet riche en symboles, qui va participer au développement psychique de l’enfant : à la période où le bébé découvre qu’il est un être à part entière, distinct de ses parents, cet « objet transitionnel » va agir comme un relai entre lui et le monde qui l’entoure. Au-delà de cette fonction première de substitut parental, le doudou occupe dans la vie des enfants une place centrale : il console, apaise, berce, rassure, calme les chagrins et veille sur les nuits… Nos conseils pour ne pas le perdre de vue

Acheter un sosie

Le conseil numéro 1 qui se chuchote de parents en parents, c’est d’acheter rapidement un ou deux autres exemplaires du doudou, pour assurer vos arrières. Mais attention : une des différences majeures entre un premier enfant et les autres, c’est que pour l’aîné on a sincèrement cru pouvoir choisir nous-mêmes ledit doudoualors que pour les autres, on a bien compris que c’est l’enfant lui-même qui choisit. Par conséquent, attendez que votre enfant montre sa préférence avant de vous précipiter pour acheter votre doudou préféré… 

Alterner les doudous de rechange

Parmi les super pouvoirs de votre enfant, il y a celui d’être capable de reconnaître en quelques secondes le « vrai » doudou de ses remplaçants, en cas de perte. La faute à son petit nez, familiarisé à l’odeur si typique des doudous qu’on trimballe partout. Il est inutile de prendre son enfant pour un lapin (en peluche) de six semaines en lui confiant un doudou tout neuf si l’original disparaît : préférez l’option qui consiste à alterner les deux ou trois doudous au quotidien, pour que chacun soit mordillé, mâchouillé, tâché, et suçoté équitablement.  

Étiqueter les doudous


Une précaution simple et efficace consiste à notifier sur le doudou votre numéro de téléphone, et éventuellement le nom et prénom de l’enfant. Choisissez un feutre dont l’encre survivra à la machine à laver, et écrivez sur l’étiquette prévue à cet effet ou l’étiquette de contexture, mentionnant la composition et les instructions de lavage. Il existe aussi des modèles d’étiquettes thermocollantes résistantes au lavage à personnaliser en ligne, et à coller facilement et pour longtemps sur le doudou en un coup de fer à repasser.

Le laisser autant que possible à la maison

C’est du bon sens, mais du bon sens qui ne plaira pas beaucoup à votre enfant : moins un doudou sort de la maison, moins il a de risque d’être perdu. Et même (soyons fous), plus son doudou reste dans le lit, plus les chances de l’égarer sont maigres. Une solution alternative peut consister à laisser un doudou à la maison, et un autre à la crèche ou chez la nourrice. 

Encourager votre enfant à investir d’autres objets


Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier c’est plus prudent, surtout en matière de doudou. L’idée est de proposer à votre bébé d’autres objets transitionnels : peluches, langes, foulards… Il pourra investir affectivement plusieurs objets afin qu’en cas de perte de l’un d’eux, il puisse trouver du réconfort avec les autres et focaliser son attention ailleurs.  

Le prendre en photo


Vous avez sans doute un paquet de photos de votre enfant avec son doudou, mais sans doute pas très envie d’utiliser celles-là, si un jour vous en avez besoin. Oui, on parle du jour où vous le perdrez peut-être mais respirez calmement, normalement ça ne devrait pas arriver. Et mieux vaut prévenir que guérir, non ? (Si)

Lancer un avis de recherche


Vous avez eu beau inspecter la voiture et la maison sous tous les angles, refaire ce trajet maudit et implorer l’univers, le doudou est perdu. Qui ne tente rien n’a rien, or vous êtes prêts à tenter beaucoup pour remettre la main dessus. Pour augmenter vos chances, lancez un avis de recherche à coller dans le quartier ou à diffuser sur des sites d’entraide entre voisins, et sur les nombreux sites de recherche de doudous qui existent sur la toile. Dans l’annonce, donnez le plus de détails possibles (usure, trou…)  et joignez la photo si vous en avez une. (Pensez à flouter le visage de votre enfant si vous n’avez que des clichés sur lesquels il figure) 

Être honnête avec votre enfant


Non, son doudou n’est pas parti au pays des Doudous vivre des aventures merveilleuses. Non, il n’a pas décidé de tout quitter pour vivre au grand jour son amour pour un doudou fraîchement rencontré et avoir avec lui plein de bébés doudou. N’ayez pas peur de dire la vérité à votre enfant : le doudou est perdu, vous allez tout faire pour essayer de le retrouver mais il y a peu de chances que vous y parveniez. Avec des explications hasardeuses, et même si l’intention est bonne, vous risqueriez de faire naître en lui un sentiment de culpabilité ou de nourrir des espoirs inutiles. 

Acheter le même…


Pas de nouvelles du lapin ni de demande de rançon ? Il est temps d’accepter la situation… Si vous sentez que cette perte a affecté votre enfant, vous pouvez lui acheter le même. Vous vous souvenez de l’origine du doudou et la marque le vend encore ? Vous avez beaucoup de chance, et c’est le moment de jouer au loto. La marque ne le propose plus à la vente ou alors vous ne vous rappelez pas où il a été acheté ? De nombreux sites proposent des milliers de références pour trouver le jumeau d’un doudou perdu grâce à une recherche par type de peluche (lapin, mouton, chat…), par marque et par couleur. Pour les trouver, tapez « recherche doudou perdu » sur un moteur de recherche. 

… Ou un autre.


Autre possibilité : offrir à votre enfant un autre doudou. Dans ce cas, et s’il est assez grand, vous pouvez lui proposer de venir avec vous pour désigner lui-même le nouveau compagnon de son quotidien. Quel enfant résiste au plaisir de choisir une peluche dans un magasin de jouets ? (Spoil : pas le vôtre.)  
 
Suite à la perte d’un doudou, certains enfants refusent de le remplacer, soit en le formulant clairement, soit en n’investissant plus aucun doudou autant que le premier. Si c’est le cas du vôtre rassurez-vous, cela ne veut pas dire qu’il restera inconsolable toute sa vie : c’est souvent juste le signe qu’il est désormais en mesure de se passer d’un objet fétiche !