JE PARTAGE :

Congrès de l’UICN : psst, la nature, on a des bonnes nouvelles !

22 septembre 2021
Actualités
Bordered Sunflower Photo Web Banner

Le Congrès mondial de la nature de l’UICN à Marseille, c’est fini… Mais c’est maintenant que tout commence ! Car plein d’engagements pour la suite ont été pris : on vous en détaille quelques-uns ici.  
 
 
Cette année plus que jamais, l’UICN a tiré la sonnette d’alarme auprès des gouvernements. Suite à la pandémie, il est urgent qu’ils agissent, mais comment ? En prenant des vrais engagements en faveur du climat et de la biodiversité. C’est ce qu’ont fait plein de pays du monde, dont la France : 9 promesses qui peuvent sauver la planète.  

 

Les engagements dans le monde 

– L’économie bleue, c’est mieux !
Améliorer l’économie, les revenues et les emplois grâce aux ressources des océans et en prenant soin des espèces marines, c’est le projet que l’UICN et ses partenaires s’engagent à encourager.

– L’industrie, oui, mais dans le respect de la nature ! 
Cinq multinationales employant en tout 300 000 personnes dans le monde ont promis d’axer leurs stratégies d’entreprise sur la nature, et de présenter leurs directions dans un rapport. 

Cap de relever le Bonn Challenge! 
Ce défi mondial vise à restaurer des terres dégradées et déboisées, et plein de nouveaux pays et régions (Salvador, Chili, Sur de la France…) ont rejoint le club en ajoutant au challenge 5,5 millions d’hectares, soit un objectif total de 215 millions d’hectares à restaurer 

Nos chères terres et mers… 
Les membres de l’UICN ont promis de tout faire pour protéger de façon équitable au moins 30% des terres et des mers du monde d’ici à 2030 : cette promesse passe par exemple par un renforcement de la protection des mammifères marins, et l’engagement de protéger 80% de l’Amazonie d’ici à 2025. 

Faire rimer agriculture et nature 
Les pays membres de l’UICN se sont engagés à développer les pratiques agricoles durables, c’est à dire par exemple celles qui visent à réduire les pesticides, les herbicides et les engrais, ou à arrêter de retourner la terre avec des machines qui tuent toutes formes de vies à la surface…

Pas touche aux pépites de la planète !  

La International Hydropower Association, qui regroupe les membres du secteur de l’hydroélectricité, a renoncé à lancer des exploitations sur les sites inscrits sur la liste du Patrimoine mondial, et va travailler avec l’UICN pour étendre cet engagement à d’autres aires protégées. 

 

Les engagements de la France

Attention, espèces en voie de disparition ! 
Pour freiner l’effondrement de la biodiversité, la France définit des aires de « protection forte » sur lesquelles elle concentre ses efforts pour sauver les espèces menacées. Actuellement, seulement 0,2% de son espace maritime bénéficie de cette protection, mais la France s’est engagée à ce que ce chiffre atteigne 5% en 2027.

Mission sauvetage d’océan 
L’ONU, inquiète pour les océans, a déclaré que les dix ans à venir seraient consacrés en grande partie à sa protection. La France rejoint le mouvement, en décidant d’organiser avec l’ONU un Sommet sur les océans pour booster les actions du monde entier en faveur de sa préservation. 

Le vrai grand méchant loup des forêts, c’est la déforestation !
Les forêts disparaissent à grande vitesse alors qu’elles sont indispensables à la planète : or, la France consomme des produits qui contribuent à la déforestation à l’autre bout du monde… C’est la « déforestation importée », et la France s’est engagée à la freiner et à mieux protéger les forêts. 

Chez Petit Bateau, on est convaincus qu’en se retroussant les manches tous ensemble et en agissant chacun à notre mesure, on peut réussir à sauver la nature : on est donc fiers d’avoir soutenu cet événement, et on continue par tous les moyens à sensibiliser les petits et les grands à l’importance d’agir vite, et bien ! 

 

Sources : UICNUNRIC 
L’intégralité du bilan du Congrès, c’est ici !